dimanche, novembre 18, 2018
Autres

Yves Bouvier, coupable ou victime d’un machination ?

Justice

Dmitry Rybolovlev président de l’AS Monaco est un oligarque russe qui a fait fortune en rachetant  les mines de potasse de l’Oural. Son patrimoine est estimé à 8,8 milliards de dollars. En 2008, sa femme Elena a intenté une procédure de divorce en Suisse, pays où elle réside; elle réclame la moitié de leur fortune acquise pendant le mariage. Depuis cette date, l’ex roi de la potasse ne cesse d’essayer de soustraire ses biens au regard de la justice helvétique.

Concomitamment à cette procédure, l’oligarque se découvre une brusque passion pour les toiles de maîtres, Dmitry Rybolovlev serait-il un esthète ? « Rybolovlev s’est mis à acheter frénétiquement pour injecter de l’argent dans les tableaux et les faire échapper au partage. » explique Tania Rappo, une amie du couple. C’est cette femme, Suissesse d’origine Bulgare qui présente l’oligarque à Yves Bouvier. Pendant des années le Président de l’AS Monaco et le marchand d’art font des affaires ensemble, le Russe acquiert quarante peintures d’exception pour une valeur de deux milliards de dollars, soit le quart du montant de sa fortune officielle, auprès du Suisse.

Le 25 février dernier, Dmitry Rybolovlev demande à Yves Bouvier de se rendre à Monaco pour conclure sa dernière acquisition, un Rothko N°6 sur lequel il doit encore 37 millions au marchand. Devant le domicile du russe, la police monégasque tombe sur le Genevois incrédule, le place pendant 72 heures en garde à vue, puis, la justice l’inculpe pour escroquerie et blanchiment. Est-il utile de rappeler que le Procureur Général, Jean-Pierre Dreno, et Philippe Narmino, directeur des services judiciaires, sont des proches de l’oligarque ?

Dans une interview publiée par le journal sportif But, Tania Rappo rapporte une confidence que lui a faite Rybolovlev : « Il y a trois endroits au monde où je peux faire ce que je veux, chez moi à Skorpios (une île grecque qu’il a achetée) à Chypre et à Monaco. »… Après tant d’affaires faites ensemble que reproche soudainement le patron de l’AS Monaco à Yves Bouvier ? D’avoir surfacturé les toiles et encaissé des marges supérieures allant jusqu’à 50 %

Qui est l’escroc ? 

Ainsi donc celui qui a fait fortune en pillant la Russie, avec l’aide de ses amis de la mafia de l’Oural et de quelques ex dignitaires de l’ancienne URSS, aurait mis dix ans pour apprendre un beau matin qu’Yves Bouvier n’était pas un mécène mais un marchand d’art ! Et, il aurait été trahi, trompé sur la valeur de ces œuvres … Sauf que comme le rappelle Thierry Ehrmann, figure du marché de l’art international et responsable d’Artprice.com, dans la Tribune de Genève du 14 mars : « Cette histoire est un sketch journalistique, nous ne sommes plus dans les années 1970. Aujourd’hui pour toute pièce de plus de 20 000 dollars les choses sont carrées : pléthore de données, photos, valeur au franc près, etc. »

De deux choses l’une, soit Dmitry Rybolovlev est un piètre homme d’affaires qui engage le quart de sa fortune dans des toiles de maîtres et fait confiance à un marchand les yeux fermés, sans vérifier au préalable le prix de ces œuvres, soit Rybolovlev a un autre agenda. Compte tenu de son passé, la deuxième hypothèse semble plus réaliste.

En effet, Dmitry Rybolovlev n’est pas ce qu’on appelle un enfant de chœur. Il a été inculpé pour meurtre d’un concurrent en 1996 et a fait 16 mois de prison avant d’être disculpé, mais l’affaire n’a jamais été élucidée. A Chypre, il a été soupçonné de prévarication sur des fonctionnaires. Par ailleurs, l’arrestation intempestive d’Yves Bouvier n’est pas une première, Rybolovlev a déjà usé de ce stratagème par le passé. Comme le rappelle Tania Rappo dans une interview, il a fait arrêter son ex femme par la police chypriote au prétexte qu’elle lui aurait volé une bague, qu’il lui avait offerte ! La réalité est plus simple : le marché de l’art a chuté et comme nombre d’oligarques qui ont investi des sommes astronomiques dans des toiles de maîtres, le patron de l’AS Monaco cherche à se sortir du piège dans lequel il s’est fourré. Il n’a plus assez de liquidités pour régler les 37 millions restant sur le Rothko et s’il vend les tableaux déjà acquis c’est à perte.

En outre, la justice suisse vient d’octroyer à son ex épouse 3,4 milliards de dollars, presque la moitié de sa fortune, Rybolovlev a fait appel de cette décision, mais il y a fort à parier que les juges helvètes ne se dédiront pas. En prime, l’achat frénétique de ces toiles n’a servi à rien puisque les fins limiers embauchés par son épouse ont retrouvé leurs traces et ils ont été intégrés dans le patrimoine des époux…

Dmitry Rybolovlev a le dos au mur et il a choisi Yves Bouvier comme victime expiatoire.