mercredi, décembre 12, 2018
Autres

« Plastic Odyssey » : le bateau de recyclage pas comme les autres

Le navire Plastic Odyssey

Alors que les spécialistes continuent d’alarmer sur la situation et parlent d’un potentiel « 7ème continent » flottant constitué des déchets plastiques, un navire prototype utile à la lutte contre ce fléau s’est ajouté à l’équation. Alors « Plastic Odyssey », c’est quoi au juste ?

La pollution plastique dans les espaces marins, cela représenterait près de 160 000 kilomètres de déchets flottants, si l’on venait à les placer bout à bout. L’abondance de micro-plastiques dans les océans, cela provoque également le décès de plus d’un million d’oiseaux marins et de près de 100 000 mammifères, tous les ans. La pollution plastique, c’est environ 13 millions de tonnes déversés dans les eaux, au lieu d’être recyclé. Les écologistes et autres défenseurs de la nature n’ont pas fini d’alerter la population quant aux dangers de cette pollution grandissante. Véritable fléau, la pollution plastique centralise l’attention d’un grand nombre de spécialistes, et pas seulement…

Un carburant produit grâce aux déchets récoltés

Simon Bernard, jeune ingénieur et officier de la marine marchande, et trois autres Français sont à l’initiative d’un projet très spécial, qui pourrait bien aider à changer la face du monde dans les années à venir. L’histoire commence lors de son périple autour du monde. Le voyage aura duré près de deux ans. « A chaque escale, je me suis rendu compte qu’il y avait du plastique partout : dans la ville, sur les côtes… Et tout se déversait dans l’océan », a-t-il expliqué au magazine Paris Match. Sensible à la cause, l’idée lui vient alors de créer un navire prototype, une sorte de bateau-laboratoire expert en recyclage qui voguerait à travers le monde… Grâce aux déchets eux-mêmes.

Plastic Odyssey, c’est donc un bateau capable de récolter les déchets plastiques qu’il croise dans un conteneur d’environ 33 mètres cube. Mais aussi, et surtout, c’est navire capable d’utiliser 10 % du total récupéré pour créer assez d’énergie qui sert alors à transformer les 90 % de déchets restants en carburant. Ainsi, Plastic Odyssey est en capacité de non seulement d’écumer les eaux de leur pollution plastique mais il peut également s’auto-suffire en matière d’énergie et de carburant.

Le petit catamaran d’environ 6 mètres devrait partir pour un périple de trois années dans les eaux mondiales, à l’horizon 2020.