lundi, mars 25, 2019
BeautéSanté

Greffe de cheveux : Les différentes techniques capillaires

homme se touchant les cheveux souriant

Alors que, selon un sondage Ifop, 13 % des Français seraient atteints de calvitie et que des milliers d’autres hommes et femmes souffriraient de formes d’alopécie à un stade moins avancé, diverses techniques de greffe de cheveux ont fait leur apparition au fil des années. Quelles sont-elles ? On fait le point !

L’alopécie touche un grand nombre de personnes, et particulièrement les hommes. Ce terme médical, faisant référence à une perte de cheveux partielle ou intégrale, résulte d’un phénomène tout à fait naturel. Bien souvent causée par l’hérédité, la perte de cheveux peut également être la conséquence d’un souci de santé ou bien d’un traitement pharmaceutique. Dans les deux cas, l’alopécie partielle ou même la calvitie constituent une véritable gêne pour les personnes concernées.

Une perte de cheveux peut facilement déstabiliser la personne qui en subit les conséquences psychologiques. Véritable marqueur du temps qui passe, le cheveu change au fil des années : de couleur, de longueur, de texture… Ainsi, la chevelure s’amoindrit au cours du temps, jusqu’à parfois complètement déserter le crâne de certains. Moqueries, discriminations professionnelles, baisse de l’estime de soi : l’alopécie partielle ou complète peut renvoyer à l’idée d’une perte de contrôle de soi et d’une perte d’assurance vis-à-vis des autres. Ainsi, si les méthodes naturelles contre la calvitie ne sont pas suffisantes, la greffe de cheveux peut s’avérer grandement utile. Les techniques proposées pour parvenir à une greffe de cheveux sont différentes selon le budget et l’étendue de la calvitie. Quelles sont donc les techniques utilisées ?

1. La Follicular Unit Single Strip (FUSS)

Le spécialiste prélève des cheveux sur l’une des deux zones où les cheveux ne dépendent pas des hormones et, donc, ne tombent pas. C’est-à-dire au niveau de la nuque ou sur les tempes. Pour ce faire, la zone donneuse est rasée puis découpée en forme de bandelette d’une largeur d’environ un voire deux centimètres, pour une longueur portée à environ quinze centimètres. Ensuite, pour combler le vide créé par ce prélèvement, une suture est appliquée pour joindre les deux bouts à la place de la bandelette prélevée. Finalement, la bandelette de peau en question est à son tour taillée sous la lentille d’un microscope afin de prélever les unités folliculaires, qui sont en fait le cheveu accompagné de son bulbe. Prélevées au détail, ou bien deux par deux ou trois par trois, ces unités sont ensuite « replantées », petit à petit et à l’aide d’une aiguille, sur la zone concernée par la calvitie. Très onéreuse – comptez environ 3 000 euros par séance sachant qu’il est préconisé d’en faire une à trois pour obtenir un résultat satisfaisant – cette intervention s’avère efficace mais s’adresse particulièrement aux personnes ne souffrant pas d’une calvitie trop prononcée et suppose une incision et la présence de cicatrice post-opératoires. Longtemps utilisée, cette technique a petit à petit laissé place aux techniques de greffe moins invasives et à l’effet plus naturel.

2. Follicular Unit Extraction (FUE)

A l’aide d’un « micropunch », c’est-à-dire une petite aiguille dotée d’une pointe microcylindrique d’environ 1 à 2 mm, le chirurgien s’occupe réaliser des minuscules petits trous afin de prélever les bulbes au niveau de la nuque, pour ensuite les réimplanter sur la zone qui en manque. Plus coûteuse (environ 5 000 euros la séance) et moins efficace (le nombre de greffons implantés est moins conséquent) que la précédente intervention, elle s’inscrit tout de même dans la liste des interventions les plus pratiquées puisqu’elle ne laisse aucune cicatrice et ne nécessite aucune incision.

3. La méthode DHI

Développée par le Groupe Médical International du même nom, la méthode DHI propose une technique de greffe de cheveux totalement indolore et ne laissant aucune cicatrice. En effet, nul besoin d’incision dans ce procédé puisque la zone donneuse est placée sous anesthésie locale et les cheveux y sont prélevés à l’aide d’un outil d’une taille estimée à 0,7 mm de diamètre, spécialement développé pour cette technique. Près de 10 000 greffons peuvent être implantés en une seule et unique séance. Le hic ? Son prix… qui peut varier entre 3 900 et 11 900 euros en fonction du résultat souhaité.

Voici donc tous les secrets de la greffe de cheveux. Pour des conseils pour une barbe entretenue, c’est par ici.